Contact
Subscribe to our newsleter
Free Design Software
rfq rfq

Informations sur le projet


  • Londres
  • Royaume-Unis
  • Architecte
    Design: Anish Kapoor & Cecil Balmond
    Architecture: Ushida Findlay Architects
  • 2010 - 2012
  • Client: 
    London Legacy Development Corporation
  • Ingénieurie
    ARUP
  • Photographe : 
    ArcelorMittal

Lien


  Indaten® - Acier auto-patinable

Tour Orbit ArcelorMittal


Le symbole des Jeux olympiques et Paralympiques de Londres 2012 et la toute dernière attraction touristique de Londres a été terminé à temps après seulement 1 an de construction.  Avec ses 114,5 m, la tour Orbit conçue par l'artiste Anish Kapoor et l'ingénieur structure Cecil Balmond est la sculpture la plus haute du Royaume-Uni. ArcelorMittal a fait don de l'acier necessaire pour cette structure étonnante en treillis rouge et forme de boucle.

Situé dans le Parc Olympique de Stratford, entre le stade olympique et le centre aquatique, l'Orbit ArcelorMittal est une attraction permanente qui constituera un héritage pour la ville qui héberge les jeux olympiques et qui assurera une redynamisation durable du quartier de Stratford à l’Est de Londres.

Depuis les 2 plateformes intérieures panoramiques pouvant accueillir 150 personnes chacune, les visiteurs profiteront d'une vue sur tout le parc environnant et sur l'horizon de Londres. Deux ascenseurs dans la structure principale (capacité de 21 personnes chacun) les transporteront de haut en bas ; sinon un escalier en colimaçon de 455 marches peut être utilisé pour monter et descendre de la tour.

La sculpture a été inaugurée par le London Legacy Development Corporation en mai 2012. Après les Jeux et une période de transformation, il est prévu que la tour soit ré-ouverte au public pour être visitée en tant qu'attraction touristique durant l'été 2013.

2 000 tonnes d'acier provenant des usines d'ArcelorMittal du monde entier, dont plus de 60 % ont été recyclé.

La structure de la tour, consistant en une boucle continue de treillis de tubes, a été construite en utilisant l'acier d'ArcelorMittal. Bien que la plupart de l'acier ait été produit dans les usines d’Europe occidentale de l'entreprise, une quantité symbolique d'acier a été livrée depuis des usines situées sur tous les continents où ArcelorMittal est présent, avec l'objectif d'adopter profondément l'esprit olympique comme un événement mondial.

Une des conditions les plus importantes de l'Autorité olympique était l'usage d'au moins 50 % de matériaux recyclés pour la construction des installations olympiques. Afin de remplir ces conditions, plus de 60 % de l'acier de l'Orbit a été produit à base de fragments recyclés dans les Fourneaux d'Arc Électrique  dans les usines d’Esch-Belval, au Luxembourg et Sestao en Espagne.

L'Orbit ArcelorMittal est une vitrine emblématique qui montre la polyvalence de l'acier : selon ses concepteurs, c'était le seul matériau utilisable pour réaliser cette structure grâce à sa très faible épaisseur combinée à une résistance hors norme. 

L'Idée

En 2009, en marge du Forum Économique Mondial de Davos, le maire de Londres, Boris Johnson, propose à Lakshmi Mittal, PDG d'ArcelorMittal, la construction d'une sculpture en acier dans le parc olympique. Londonien depuis 1997, M. Mittal a tout de suite été enthousiasmé par l’idée  et a considéré que c'était l'opportunité parfaite de créer quelque chose de spectaculaire pour la capitale de la Grande-Bretagne et pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Londres 2012.

Rapidement, un concours a été organisé et des 50 candidatures et projets reçus, un panel de juges a choisi la création de l'artiste Anish Kapoor et de l'ingénieur structure Cecil Balmond, qui sera transformée en un héritage olympique durable à Londres.

Un concept Design : quand l'architecture rencontre la sculpture

Le nom « Orbit » date de la phase de conception, en effet, il a d’abord été utilisé comme nom provisoire pour la sculpture en forme de boucle de Kapoor et Balmond pour ensuite devenir le nom officel.

La sculpture est une représentation des Jeux Olympiques et des efforts physiques et émotionnels des athlètes. Comme pour les Jeux, la structure en boucle possède un début et une fin, mais tout au long du voyage, elle revêt des défis continus et exprime une recherche d'amélioration constante.

L'intérêt principal de Kapoor et de Balmond est la géométrie et les formes et comment ces dernières peuvent engendrer des structures – leurs antécédents très différents leurs permettent de  voir les choses de 2 perspectives différentes. Alors que l'architecture est principalement toujours vue en coupe, la sculpture inclut la troisième dimension – l'Orbit, quant à elle, combine les deux.

Les dimensions de cette sculpture et sa forme complètement asymétrique exigent l’intervention des meilleures technologies. De plus, les deux créateurs avaient pour objectif  que les structures aient un sens poétique : Les gens devraient oublier la technologie et le matériau utilisé pour la construction - et simplement la ressentir comme une œuvre d'art. 

Ces derniers la comparent aux athlètes : ce qui compte vraiment, ce n'est pas le temps d'entraînement et de préparation pour les jeux Olympiques mais les résultats qu'ils atteignent. La structure, faite d'éléments discrets, cherche à inciter les spectateurs à apprécier la forme, la couleur et les reflets et à les faire participer.

La réalisation de ce projet ambitieux a été rendue possible d'une part grâce aux ingénieurs et experts techniques d'ARUP et d'autre part grâce aux architectes Ushida & Findlay qui ont conçu le bâtiment pour que ce dernier puisse accueillir du public et ainsi remplir les normes de sécurité. De plus, il appartenait à Kathryn Findlay de trouver le bon équilibre entre la vision artistique et la praticité architecturale de l'Orbit.

La constructionFabriquée à Bolton, dans la région du Lancashire, la structure a été transportée sur place par camion. L'équipe de construction sur place était comprise de seulement 4 à 6 hommes, parmi lesquels figurait un ingénieur technique d'ArcelorMittal qui a participé au projet dès le début.

La structure a été assemblée sur place et les éléments lourds ont été soulevés par une grue afin que la structure soit érigée sans échafaudage.

La construction de l'Orbit d'ArcelorMittal fut accompagnée de nombreux défis techniques, par exemple ce fut la première construction de 115 m à être érigée sans échafaudage. En tant que sculpture artistique avec ses formes asymétriques, aucune pièce n’était identique ce qui a rendu la construction d’autant plus complexe, mais le résultat est à la hauteur du travail fournit par tous les acteurs de ce projet.

La structure en acier a été terminée à la fin du mois d'octobre 2011, après environ un an de construction. Avec une hauteur totale de 114,5 m, il s'agit de la plus haute sculpture de Grande-Bretagne et elle dépasse de 22 m la Statue de la Liberté.

La structure contient 366 points d'étoilement, chacun d'eux  faisant 4 m de haut avec un total de 35 000 boulons utilisés pour fixer la structure. 19 000 litres de peinture rouge (RAL 3003) donnent à l'Orbit ArcelorMittal sa couleur particulière.

Pour rendre la structure plus stable, une boule d'amortissement est utilisée – 2 blocs d'acier sont suspendus comme un pendule de 2,8 m d'un cadre – le pendule pèse 40 tonnes, par rapport aux 1 000 tonnes de la sculpture entière.

L'acier utilisé pour la structure tubulaire est de calibre S355J2H, mais ArcelorMittal a également fourni des plaques en acier, des barres, des poutres, des tiges et des câbles pour les fondations et d'autres pièces de cette sculpture. Le noyau interne est composé de panneaux en acier patinable Indaten® avec des épaisseurs allant de 10 à 20 mm. Ces panneaux ont été produits par Industeel Belgique, faisant également partie du Groupe ArcelorMittal.

L'Orbit ArcelorMittal est une création unique située entre la sculpture et l'architecture, sa conception et sa construction ont été un véritable défi proposé aux technologies les plus poussées. En tant que tour d'observation et œuvre d'art, elle attirera les Londoniens et des visiteurs du monde entier  bien après les jeux Olympiques et Paralympiques de 2012, rappelant par delà les années cet évènement mondial en s’ajoutant à  l'horizon de la ville de Londres.

Texte : Constructalia

Powered by aware